<< ACCUEIL

Horlogerie
ancienne


Musique mécanique

Carillons

Boîtes
    à musique

Serinettes

Jeux de
    flûtes

Nouveaux
     cylindres


Automates

Oiseaux chanteurs

Cages à jeu
    de flûtes


Références

Expertises

Conseils,
réflexions


Présentation

Contact

Liens

 

 

Conseils et réflexions

Nous ne pouvons que mettre en garde ceux qui ne possèdent pas une réelle expérience du sujet contre la tentation de restaurer eux-mêmes des œuvres ou des objets d'art, en général, et des mécanismes, en particulier.

La restauration ne se résume pas à la simple application d'une suite de gestes techniques. Elle est un acte tout aussi culturel que le bien dont elle s'occupe et implique une démarche tout autant intellectuelle que manuelle. Au delà d'une déontologie, elle doit être guidée par une éthique dont le respect de l'identité de l'objet et le souci de sa pérennité constituent les principes fondamentaux. Même pour un professionnel, la restauration est faite de doutes, de questionnements, de choix pesés, documentés et raisonnés. Aucune technique ne peut être employée si elle ne fait pas partie de la culture même de l'œuvre ou de l'objet concerné. Enfin, entre deux techniques, la moins interventionniste doit toujours être préférée.

Paradoxalement, de nombreux objets d'art n'ont survécu que parce qu'ils ont été oubliés. Leur redécouverte à souvent signifié, sinon le début de leur perte, du moins celui d'une dégradation non naturelle. Des dégâts irréversibles leur ont été infligés par l'application de traitements inappropriés ou dont la stabilité dans le temps n'était pas suffisamment établie. Combien d'interventions malencontreuses dues à l'ignorance ou à la présomption, n'ont-elles pas fait disparaître à tout jamais des traces indispensables à la compréhension de l'histoire des objets ?

Pour ce qui est des mécanismes, une apparente simplicité engage peut-être certains à se lancer dans leur réparation, comme ils disent. L'exemple, entre autres, de mouvements de pendules fatigués, aspergés d'huile, ne relève pas de la caricature, c'est une réalité constatée. De telles procédés sont hélas parfois encouragés par les dires de pseudo-experts qui tendent de minimiser l'importance des actions à mener. Lorsque l'on sait qu'en réalité ce sont des dizaines, voir des centaines d'heures de travail qu'il faudra parfois y consacrer, de telles affirmations ne sont qu'une pure négation des valeurs intrinsèques du métier de restaurateur.

 

Suite  >



Le pâtissier du Palais-Royal

 

 


Corps de l'Arlequin avant restauration

 

 


Le même corps après restauration

 

    Tous droits réservés. Reproduction interdite.